In order to provide complete functionality, this web site needs your explicit consent to store browser cookies. If you don't allow cookies, you may not be able to use certain features of the web site including but not limited to: log in, buy products, see personalized content, switch between site cultures. It is recommended that you allow all cookies.

Qu’est-ce que la remontée capillaire ?  

La remontée capillaire, appelée encore humidité ascensionnelle, se définit comme le phénomène physique qui apparaît lorsque l’humidité contenue dans le sol remonte peu à peu dans les murs.  

On distingue deux types de remontées :  

  • Les remontées latérales : l’eau du sol monte dans les maçonneries semi-enterrées non protégées
  • Les remontées verticales : l’eau monte à partir des fondations.  

 

Les principales causes de remontées capillaires 

Les murs et sols anciens sont souvent soumis au problème de remontées capillaires. En effet, l’eau peut pénétrer dans les logements à travers les murs et les sols, si les parties enterrées ne sont pas totalement étanches. 

Ainsi, l’humidité ascensionnelle est due à un problème d’étanchéité. En général, les tâches apparaissent au rez-de-chaussée du bâtiment (murs poreux, murs en contact avec le sol) et peuvent s’étendre sur toute la longueur de celui-ci et jusqu’à 1,50 m de hauteur. En effet, la structure poreuse du matériau permet à l’eau de progresser et donc, plus les capillaires du matériau sont fins, plus l’eau peut remonter haut.  

Il est à noter que les matériaux traditionnels ne sont pas totalement étanches aux flux d’eau ascensionnels. Par exemple, le mortier est en général plus capillaire que la pierre. Les enduits peuvent absorber superficiellement les eaux présentes en pied de mur. L’étanchéité des murs enterrés peut être défaillante, voire même absente.  
 
 

Les conséquences des remontées capillaires 

L’humidité ascensionnelle peut être très destructrice. On va voir apparaître un décollement ou un gonflement des enduits, un gondolement des plinthes, une détérioration des papiers peints, un effritement des murs et évidemment, l’apparition de mousses et moisissures et ce,
jusqu’à 1,50 m de hauteur. Les tâches blanchâtres proviennent des sels contenus dans l’eau qui engendrent le salpêtre.  

Les remontées capillaires peuvent, lorsqu’elles ne sont pas traitées, s’infiltrer au fur et à mesure le long des murs pour finalement envahir la totalité de la maison. Les dégâts alors occasionnés sur les structures en bois (pourrissement) et les pièces métalliques (oxydation / rouille) peuvent être dangereux. En effet, ces éléments ont souvent une utilité structurelle. D’autre part, en cas de mitoyenneté, les désagréments dus à l’humidité peuvent atteindre le voisinage direct. 

Tout cela peut également engendrer des problèmes plus ou moins graves sur la santé. L’humidité favorise le développement d’allergies aux moisissures, champignons et acariens, ce qui va entraîner des problèmes et maladies respiratoires tels que l’asthme et la bronchite. Cela peut être particulièrement néfaste pour l’enfant car, fragilisé, il va accroître ces affections de façon chronique. 
De même, on va voir d’autres troubles favorisés comme la conjonctivite, la rhinite, la céphalée ainsi que les problèmes articulaires (arthrite, arthrose, rhumatismes). 
 

Les solutions aux problèmes de remontées capillaires 

Plusieurs solutions peuvent être proposées afin de venir à bout des problèmes d’humidité ascensionnelle. 
 

L’injection de résine dans les murs 

La solution la plus souvent utilisée et souvent la plus efficace est d’injecter dans les murs un produit hydrofuge qui va créer une barrière étanche, empêchant ainsi l’eau de remonter et circuler dans les murs en passant par les capillarités.  

La méthode consiste à percer des trous dans les murs à une distance de 10 à 12 cm entre chaque trou, à une hauteur d’environ 50 cm du sol, d’un gel ou liquide à base de résine époxy. Le produit va alors se dilater dans les porosités du matériau afin de le rendre étanche.  

Cette méthode est très efficace car elle peut garantir plusieurs décennies d’étanchéité. Elle demande cependant un très long temps de séchage qui peut aller de 6 à 18 mois avant que des travaux (tapisserie, peinture, etc.) ne puissent être entrepris sur les murs. 
 

Le cuvelage 

Lorsqu’il est difficile d’envisager un drainage, on peut opter pour la solution d’un cuvelage qui va permettre de protéger son habitation de l’humidité par pression hydrostatique horizontale. 

Le cuvelage se réalise en plusieurs étapes. Il va s’agir de réaliser un caisson étanche en partant de la couche d’accroche jusqu’au mortier hydraulique étanche.  

Selon que le cuvelage soit intérieur ou extérieur, les produits seront différents. En effet, en extérieur, on va plutôt choisir des matières qui vont s’adapter aux mouvements structurels alors qu’en intérieur, on va choisir des matériaux plus appropriés.  

Il est cependant conseillé de faire appel à des professionnels, particulièrement dans le cas d’un cuvelage intérieur. Celui-ci, mal réalisé, pourrait détourner l’humidité sans l’éliminer, ce qui reviendrait à simplement déplacer le problème.  

 

Subscribe to our latest tips
By subscribing you accept the terms of use of the service.